CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -30%
Maillot de Football de l’Équipe de France
Voir le deal
63 €

 

 23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose

Aller en bas 
AuteurMessage
Michel
Expert
Expert
Michel


23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose Empty
MessageSujet: 23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose   23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose EmptyJeu 23 Oct 2008 - 6:59

Nous sommes le 23 octobre 1983 à Beyrouth, capitale du Liban en pleine guerre civile, dans un immeuble occupé par des casques bleus de différents régiments de chasseurs parachutistes français.

A quelques mètres de là, l’ambassade de l’Iran. L’immeuble, baptisé « poste Drakkar » par la 3e compagnie du 1er RCP (régiment de chasseurs-parachutistes) qui l’occupe depuis un mois à peine, sert de poste stratégique et de logement dans la capitale libanaise. Sa mission ? Faire respecter, sous l’égide de l’ONU (Organisation des Nations unies), la paix civile dans une ville en proie à différentes milices qui s’entre-déchirent. Comme eux, des Américains, des Italiens et des Britanniques ont été dépêchés sur place.Au Drakkar, la veille au soir, le capitaine Thomas a rassemblé ses troupes : un des postes voisins, surnommé « L’Escorteur », a reçu des menaces. La compagnie est en alerte, prête à intervenir. Finalement, la nuit du 22 au 23 octobre 1983 se déroule sans heurts. Au petit matin, à 6 heures, une nouvelle journée commence.

Drame au petit matin

Soudain, une terrible explosion se fait entendre. Il est 6 h 25. La sentinelle en observation sur la terrasse du Drakkar observe que cela vient de l’aéroport de Beyrouth, quartier général des forces armées américaines. Deux minutes après, c’est l’immeuble du Drakkar lui-même qui se soulève dans un bruit épouvantable, avant de s’effondrer. Pas un cri ne s’échappe du champ de gravats. Il est 6 h 30 et le poste Drakkar à Beyrouth, haut de neuf étages, n’existe plus. L’attaque est un attentat-suicide, réalisé à l’aide d’un camion chargé de plusieurs tonnes d’explosif, que le conducteur fait exploser sur la rampe d’accès du bâtiment.A 10 heures la première liste officielle des victimes de l’attentat du Drakkar paraît : le parachutiste Hervé Durand est le premier d’une liste longue de cinquante-huit noms. Quelque 56 militaires du 1er RCP et 2 du 9e RCP. La France est sous le choc.

Rôle obscur de l’armée syrienne

L’autre attentat, qui a eu lieu quelques minutes auparavant, a été bien plus meurtrier. Au cœur de l’aéroport international de Beyrouth, 241 victimes ont péri dans leur sommeil parmi le contingent américain, dans des conditions similaires à l’explosion du Drakkar.Immédiatement, les Etats-Unis et la France accusent le Hezbollah et l’Iran d’avoir fomenté l’attentat. Eux nient toute implication. De leur côté, le Mouvement de la révolution islamique libre puis le Djihad islamique revendiqueront le double attentat visant la force multinationale. En revanche, un doute a toujours subsisté sur le rôle joué par l’armée syrienne, présente sur place lors des événements meurtriers. Etaient-ils au courant ?

Edition France Soir du vendredi 27 juin 2008

En souvenir des victimes.
Revenir en haut Aller en bas
Michel
Expert
Expert
Michel


23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose Empty
MessageSujet: Re: 23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose   23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose EmptyJeu 30 Oct 2008 - 21:38

Souvenir : commémoration des attentats du Drakkar

23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose Sedac_au_1er_rcp_octobre_2008
Monsieur Jean-Marie Bockel au 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers.
(Crédits : 1er RCP)

Le 23 octobre 2008, le 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP) de Pamiers a commémoré dans sa ville d’implantation le 25e anniversaire de l’attentat du Drakkar. Sous la présidence de Monsieur Jean-Marie Bockel, secrétaire d’État à la Défense et aux anciens combattants (SEDAC), cette cérémonie rendait hommage aux cinquante-huit parachutistes de la 3e compagnie de ce régiment morts au combat lors d’une mission de protection de la population et de défense de la paix au Liban.

Dans son ordre du jour et en présence des familles, des rescapés, de nombreuses autorités civiles et militaires et des anciens combattants, le SEDAC a rappelé que « la Nation n’oubliera jamais le sacrifice et le courage de ses enfants et de ses soldats. »

Quarante jeunes en session exceptionnelle de la Journée d’Appel et de Préparation à la Défense (JAPD) et quatre-vingt collégiens ariégeois ont montré, par leur présence active, que le devoir de mémoire et le lien entre les générations sont un enjeu très important pour comprendre le sens de l’engagement de nos armées au service de la France et des français.

Une partie du 1er RCP, aux ordres du chef de corps, le colonel Blachon, est actuellement en mission de courte durée au Tchad dans le cadre du mandat Épervier.

Source: Armée de Terre
Revenir en haut Aller en bas
 
23 octobre 1983 - Beyrouth - Soudain, l’immeuble Drakkar explose
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES UNITES PARACHUTISTES France et OM :: 1er R.C.P. - Régiment de Chasseurs Parachutistes - :: Souvenirs à partir de 1962-
Sauter vers: